Comment lutter contre les chutes de plain pied ?

Dernière mise à jour le 27 juillet 2020

Télécharger la fiche pdf

Les chutes de plain-pied regroupent toute perte d’équilibre sur une surface plane:  glissades, trébuchements, faux-pas. Glisser et rétablir son équilibre sans qu’il y ait de chute, est également considéré comme une chute de plain-pied. Sont concernées toutes les surfaces ne présentant aucune rupture de niveau, ou des ruptures de niveaux très réduites (marches, plan incliné, trottoirs). À ne pas confondre avec les pertes d’équilibre qui entraînent des chutes de hauteur (échelles, escabeau, passerelles ou échafaudages). Quelles mesures de prévention adopter pour éviter les chutes ? Quels équipements de travail fournir ? Les experts d’Axium vous répondent.

Origines et conséquences des chutes de plain-pied

Les origines

Plusieurs facteurs sont à l’origine d’une chute de plain-pied : environnemental, organisationnel, individuel ou matériel. 

  • Facteurs d'ordre matériel
    • mauvais état des sols, avec une faible résistance au glissement,
    • mauvais système d'accès aux voies de circulation, aux véhicules et/ou aux machines,
    • chaussures inadaptées ou abîmées.
  • Facteurs d'ordre environnemental
    • obstacles imprévus, pas visibles
    • ambiance lumineuse mal adaptée,  éclairage insuffisant
  • Facteurs d'ordre organisationnel
    • le fait de devoir travailler dans l’urgence 
    • mauvaise gestion des plannings
    • trop de tâches à faire simultanément
  • Facteurs d'ordre individuel
    • non respect des consignes,
    • non détection du danger
    • peu ou pas de connaissances de la situation de travail
    • refus de porter un équipement de protection

Certaines professions sont davantage à ces risques sur leur lieu de travail (entretien ou nettoyage, travail en entrepôt).  Il est donc indispensable d’avoir des équipements de protection individuelle pour la sécurité des salariés.

Les conséquences

Lors d’une perte d’équilibre, la personne peut tomber sur un objet dangereux et se blesser. Elle cherche alors à se rattraper au support le plus proche et les conséquences de sa chute dépendent de son environnement de travail. Même si elle ne tombe pas, la personne peut quand même avoir de graves lésions. Pour les personnes plus âgées, le risque de fracture (notamment du col du fémur) est important. Enfin, n’oublions pas que cela peut être aussi une cause de décès en cas de chute grave.

Elles peuvent être de natures diverses  et nécessiter pour certaines l’intervention d’un kinésithérapeute ou d’un infirmier à domicile, selon les soins nécessaires.

  • Douleurs articulaires
  • Entorses
  • Lumbagos
  • Plaies
  • Fractures
  • Contusion
  • etc.

L’INRS (Institut Nationale de Recherche et de Sécurité), nous apprend que les chutes de plain-pied constituent la deuxième cause des accidents du travail. La prévention en entreprise est donc très importante.

Chute de plain-pied : prévenir les risques

Comment lutter contre les chutes de plain pied

Les élus du CSE-CSSCT, lors de visites d’inspection ou visites trimestrielles, doivent évaluer et analyser les risques liés aux chutes de plain-pied. Cela doit  être consigné sur le Document Unique de Sécurité. 

Il appartient ensuite au chef d’entreprise de prendre les mesures de préventions nécessaires.  

Actions de prévention d’ordre matériel

Pour la sécurité des travailleurs, le chef d’entreprise doit veiller à ce que les voies de circulation, les lieux de stockage  sur le lieu de travail soient débarrassés de tout encombrement.  

Les équipements doivent être implantés correctement avec un espace suffisant autour pour permettre une manipulation aisée.

Les sols extérieurs ou intérieurs doivent être désencombrés à l’aide de rangements supplémentaires. Il faut penser également aux tapis ou câbles sur les planchers, qu’il faudra fixer. Le risque de glissade peut être diminué par la fourniture de chaussures de sécurité, antidérapantes, selon l’activité. La pose de revêtements ou de tapis antidérapants peut être la solution pour éviter les glissades et réduire le risque de chute.

Pour rappel l’article R. 4224-3 du code du travail  : « Les lieux de travail intérieurs et extérieurs doivent être aménagés de telle façon que la circulation des piétons et des véhicules puisse se faire de manière sûre. »

Actions de prévention d’ordre environnemental

Le chef d’entreprise doit veiller tout particulièrement à l’éclairement des zones de circulation et des zones de travail. Le salarié peut ainsi identifier plus facilement un danger potentiel : obstacles, marches ou dénivelé par exemple. Ces derniers éléments peuvent également être signalés à l’aide de panneaux de signalisation spécifiques.

L’ambiance sonore est à surveiller également. En effet, un salarié peut être moins attentif pendant la réalisation d’une tâche ou lors d’un déplacement. Cela peut provoquer une perte d’équilibre. 

Actions de prévention d’ordre organisationnel

Il est nécessaire de mettre en place une organisation qui permet aux salariés d’anticiper leur travail : moins de situations d’urgence  = moins d’inattention = moins de risques liés au travail.

Préparer et analyser une tâche aide également à limiter les risques de chutes de plain-pied, notamment en situation de travail extérieur (port de charges = attention au champ de vision pour réduire les chutes).

Actions de prévention d’ordre individuel

Il est nécessaire de sensibiliser les salariés à ces risques professionnels en les informant et en les formant sur les chutes de plain-pied. Une signalétique adéquate est aussi très utile et appréciée (affiches, autocollants, panneaux …).

Chutes de plain-pied : les conseils de l’expert Axium

N’hésitez pas à solliciter les élus du CSE-CSSCT qui sont là pour observer et évaluer les risques professionnels

Il leur appartient ensuite d’en informer le chef d’entreprise afin qu’il mette en oeuvre des moyens de préventions pour une bonne santé et sécurité au travail  :

  • Sensibiliser les salariés en les informant pour leur permettre d’identifier les risques potentiels
  • Veiller à maintenir un bon ordre dans toutes les pièces de l’entreprise pour une bonne circulation. Ne pas oublier les annexes et les zones de stockage. Si besoin, établir un plan de circulation.
  • Optimiser l’éclairage et signaler les zones à risques : escaliers, dénivellation, etc.
  • Privilégier des revêtements de sols antidérapants et maintenir le sol propre et sec
  • Ne pas négliger le rangement des fils électriques ou informatiques

    Nouveau call-to-action