Manutention manuelle

Dernière mise à jour le 4 août 2020

Télécharger la fiche pdf

Le code du travail définit la manutention manuelle comme « toute opération de transport ou de soutien d'une charge, dont le levage, la pose, la poussée, la traction, le port ou le déplacement, exige l'effort physique d'un ou de plusieurs travailleurs ». C’est l’une des principale cause d’accidents du travail et de maladies professionnelles. La manutention manuelle concerne de nombreux secteurs d’activité. Le CSE CSSCT a un rôle important à jouer, car c’est un domaine peu réglementé. 

Qu’est-ce que  la manutention manuelle et quels sont les risques ?

Définition

La manutention manuelle concerne toutes opérations de transport, de soutien d’une charge, dont le levage, la pose, la poussée, la traction, le port ou le déplacement, exige l’effort physique d’un ou de plusieurs travailleurs. (Code du travail, art. R 4541-2).

De façon plus simple,  il s’agit de tout déplacement d’une chose par la force humaine. 

Tous les secteurs sont concernés. Mais les risques liés à cette manutention sont plus présents dans certains secteurs comme l’agroalimentaire, la métallurgie, le BTP, les usines de transformation du bois ou du papier, mais aussi certains secteurs tertiaire et de services (santé, soins, commerce de détail…)

Les risques liés à la manutention manuelle

Les risques sont assez nombreux et ne concernent pas uniquement des douleurs lombaires ou un mal de dos. Cela peut aussi se présenter sous forme de plaies, contusions, brûlures ou fractures. 

Les risques les plus fréquents sont :

  • le claquage, voire  une déchirure musculaire, dû à un traumatisme du muscle
  • la lombalgie, avec une douleur vive au bas de la colonne vertébrale, si les lombaires ont été trop sollicités
  • la hernie discale, qui apparaît lors de répétitions d’efforts 
  • une fatigue musculaire localisée : courbatures, contraction, crampe

La manutention manuelle est donc à l’origine de fréquents accidents du dos, dus bien souvent à de mauvaises postures. 

C’est pourquoi, si possible, il est préférable d’avoir recours à des équipements mécaniques et d’éviter le recours aux travailleurs. 

La réglementation

Dans le code du travail, il est indiqué :

  • qu’un homme ne peut porter plus de 55 kg sauf si “le travailleur est  reconnu apte par le médecin du travail, sans que ces charges puissent être supérieures à 105 kilogrammes”
  • une femme ne peut porter plus de 25 kg
  • l’établissement est tenu d’organiser des formations de manutention
  • l’établissement doit travailler l’organisation et fournir le matériel approprié

Rôle des élus et prévention

Rôle des élus

Le chef d’entreprise doit repérer les situations qui présentent des dangers, grâce à l’évaluation des risques professionnels. Les membres du CSE CSSCT, ainsi que le médecin du travail peuvent y participer. Les aménagements nécessaires sont ensuite apportés,  afin de limiter les risques physiques et préserver la santé des travailleurs.

Ces risques liés à la manutention manuelle doivent être intégrés dans le document unique. 

Certaines questions sont à se poser lors d’une inspection, aussi les élus doivent être vigilants :

  • à la nature des charges (poids, encombrement), et vérifier si elles font l’objet de manutention régulières, répétitives ou occasionnelles ? 
  • au port de charge : postures contraignantes ou difficiles ?
  • à la configuration de l’espace de travail : la hauteur de prise et dépose des charges demande-t-elle une torsion du tronc ? ou certaines contraintes physiques ?
  • à l’exigence des tâches : travail répétitif, temps de récupération ?
  • à la condition environnementale : température du lieu, distance de transport, dénivellations...

Les mesures de prévention

Si la manutention manuelle ne peut être évitée, l’employeur doit mettre à la disposition des salariés,  des moyens légers de façon à limiter l'effort physique dû à la manipulation de charges : 

  • afin de faciliter les déplacements horizontaux et verticaux : chariots, trans-palettes, ponts roulants, leviers…
  • aider au soulèvement des charges : brouette, diable, treuil et tout accessoire de préhension
  • pour installer des dispositifs en hauteur ou de mise à niveau : tables élévatrices, inclinables ou basculantes, toutes les aides mécaniques appropriées
  • pour aménager des lieux de stockage : grues, chariot élévateur et tout appareil de levage réduisant la pénibilité

Attention toutefois, certains de ces équipements mécaniques nécessitent une formation voire un permis CACES.

Les salariés dont le travail comporte des manutentions manuelles doivent recevoir une formation appropriée à la sécurité relative à l'exécution de ces opérations. Ils sont ainsi informés sur les gestes et postures à adopter pour prévenir les risques liés à cette activité et réaliser ainsi les opérations de manutentions en toute sécurité. (art R4541-8 du code du travail)

Manutention manuelle : le conseil de l’expert Axium

Toutes les manutentions dites manuelles comportent des risques, notamment dorso-lombaires, pour les travailleurs en raison du poids de la charge ou encore des conditions ergonomiques défavorables. Il est donc nécessaire d’appliquer toutes les mesures de prévention possibles afin  de faciliter le travail des salariés. 

Les risques relevés lors d’une inspection, doivent figurer sur le document unique, mais aussi sur le rapport annuel CSSCT établi par le chef d’entreprise.

Quelques textes à consulter :

Art 4541-9 du code du travail, sur le poids des charges autorisées pour les hommes et pour les femmes

Art D4153-39 et 40, portant sur la manutention des charges par les jeunes travailleurs

Documentation INRS : fiche TJ18

Nouveau call-to-action