Comment prévoir les risques du travail isolé ?

Dernière mise à jour le 31 juillet 2020

Télécharger la fiche pdf

Il n’existe pas de définition réglementaire du travail isolé dans le code du travail. On considère un travailleur comme isolé lorsqu’il est hors de vue ou de portée de voix d’autres personnes, sans possibilité de recours extérieur. L’évaluation des risques menée par l’employeur va permettre d’identifier les situations d’isolement et d’apporter les mesures nécessaires pour une sécurité au travail.

Qu’est-ce que le travail isolé ?

Définition et secteurs principalement concernés

Le travail isolé se définit lorsqu’un travailleur effectue seul des travaux, durant un certain temps.  Il ne dispose pas de possibilité de secours en cas d’accidents ou de malaise, car il est hors de portée de vue et de voix.

La durée d’isolement augmente le risque. Travailler seul favorise également la dangerosité de l’activité : le fait d’être seul peut provoquer des réactions inhabituelles face à une situation imprévue.

Les secteurs concernés sont assez nombreux et variés : 

  • le personnel d’entretien, de soins à domicile
  • les livreurs ou commerciaux
  • les travailleurs agricoles, forestiers ou jardiniers
  • le risque routier pour les transporteurs
  • les services de dépannage, etc.

On compte environ 10 % de salariés concernés par le travail isolé.

Situations de travail mal repérées

Il est encore difficile d’identifier toutes les situations de travail isolé, qu’elles soient habituelles ou occasionnelles. Le chef d’entreprise doit procéder à une évaluation des risques professionnels afin de repérer ces situations et de mettre en place un plan d action préventif et des mesures de protection des salariés.

Il est donc nécessaire pour l’employeur d’agir en conséquence :

  • en prenant des mesures organisationnelles : diminuer la durée et les interventions isolées, formation à la prévention du personnel concerné mais aussi formation des membres du CSE
  • mesures portant sur le poste de travail et l’équipement
  • actions relatives au déclenchement des secours

Quels sont les risques spécifiques du travail isolé ?

travail isolé

Travailler de façon isolée peut s'avérer dangereux, ceci dans n’importe quel secteur d’activité. Le danger peut être psychologique, médical ou physique, selon le contexte de travail.

Risques psychologiques

Les risques en matière de santé psychologique sont élevés en cas de situation de travail isolé. En effet, les réactions et ressentis sont différents et l’isolement psychique provoquent chez certaines personnes un sentiment d’abandon, d’anxiété, de stress ou de frustration de travailler en solitaire (notamment quand cela est imposé). D’autres salariés y trouveront un épanouissement loin des contraintes du bureau.

L’isolement peut aussi provoquer des comportements à risque tels que l’absentéisme, le non-port d'équipements de protection, la consommation d’alcool sur le lieu de travail ou encore l’utilisation d’outils inappropriés.

Risques médicaux

Chez certaines personnes, le fait de travailler seul est source d’angoisse et peut générer des pathologies qui peuvent handicaper de façon temporaire le travail : vertiges, crises d’épilepsie ou d’angoisses, problèmes cardiaques, etc.

Risques physiques

Les risques physiques sont souvent provoqués par une violence externe : agression verbale ou physique de la part d’un client par exemple.

Le fait de travailler de façon isolée favorise les agressions, car il n’y a pas de témoin et donc pas de possibilité d’appel au secours. Certains secteurs professionnels sont propices à ce type de risque :

  • service à la personne : mauvaises relations, harcèlement, manque de considération, agressions physiques ou verbales. Tout cela peut engendrer des risques psychosociaux, des TMS ( troubles musculo squelettiques), des chutes…
  • les livraisons, réparations à domicile ou démarchage commercial avec un  risque de violence élevé 

Autant de risques liés au travail, qui peuvent avoir des répercussions sur la santé et la sécurité des salariés. Il est donc impératif de mettre en place les mesures nécessaires pour assurer une bonne qualité de vie au travail.

Prévention et mesures à prendre pour le travail isolé

Rôle de l’employeur et des élus 

Il n’existe aucune réglementation définissant le travail isolé. L’employeur doit respecter l’article L230-2 du code du travail.

C’est lors  de l’évaluation et l’analyse des risques professionnels qu’il faut repérer les dangers. Ils sont listés dans le document unique et font l’objet d’une attention particulière.  Le chef d’entreprise et les membres du CSE-CSSCT participent cette évaluation. Ils se rendent sur les unités de travail pour constater les risques à la source et prendre ensuite  des mesures de prévention appropriées. 

Les questions à se poser :

  • Dans quelles conditions se déroule la situation de travail ?
  • La tâche de travail implique-t-elle des contraintes ? Une pénibilité ? Des postures dangereuses ?
  • Le salarié est-il en contact avec des produits dangereux représentant un risque chimique ? 

Quelles préventions apporter ?

Organisation du travail

Il n’est pas toujours possible de supprimer les situations de travail isolé. Mais des mesures peuvent être prises pour éviter les risques liés au travail isolé. Les postes et lieux de travail doivent être aménagés de façon à réduire l’isolement. Des moyens de protection doivent être mis à disposition. 

Enfin, l’employeur, mais également les membres du CSE-CSSCT doivent communiquer et informer les salariés par le biais de formation.  Le médecin du travail peut également intervenir. 

Organisation et déclenchement des secours 

Des mesures sont adoptées pour améliorer à la fois le déclenchement et l’organisation des secours. Cela peut être :

  • des  systèmes d’alarmes fixes de détection (balise, badge de présence…)
  • des systèmes d’alarmes mobiles porté par le salarié, le DATI (dispositif d’alarme pour travailleur isolé), qui peut permettre de signaler des positions anormales et prolongées. L’INRS nous en parle dans cet article

Travail isolé : le mot de l'expert Axium

En l’absence de réglementation spécifique, l’employeur est tenu à une obligation de sécurité et est garant de la santé des  travailleurs isolés. (article R4321-1 à 5 du code du travail)

Il lui appartient d’évaluer les risques encourus, de mettre en place des mesures d’alerte, mais aussi d'organiser la prévention par le biais de formation des salariés, mais aussi des membres du CSE

Quelques articles à consulter  :

  • LOI 91.1414 du 31 décembre 1991, relative à la prévention des risques professionnels, à la santé et à la sécurité du travail. 
  • Article R4512-13 du code du travail 
  • La recommandation R.252 de la Caisse Nationale d'Assurance Maladie de juillet 1988 pour les postes de travail isolés et dangereux.

travail isolé