Les risques psychosociaux au travail

Posté le 11 juin 2021 | Dernière mise à jour le 11 juin 2021

RPS au travail

Les risques psychosociaux au travail n’épargnent aucun poste, y compris avec le passage au télétravail. Quels sont les six grands facteurs de risque ? Quand faut-il lancer l’alerte ?

Quels sont les 6 grandes catégories de facteurs de risques psychosociaux ?

Les études portant sur les risques psychosociaux au travail classent les principaux facteurs de risques en six catégories (voir le site de l’INRS).

L'intensité et le temps de travail

La surcharge de travail ou la complexité du travail peut mener au burn-out et au syndrome d’épuisement professionnel. Des horaires décalées peuvent aussi générer des situations de souffrance.

Les exigences émotionnelles

Travailler dans la fonction publique et recevoir des usagers irrespectueux, devoir masquer ses émotions au travail, subir des agressions verbales ou de la violence physique : ces impératifs émotionnels peuvent prendre différentes formes et venir détériorer la santé des travailleurs.

L'autonomie et les marges de manœuvre

Le manque de latitude décisionnelle et le fait d’être subordonné dans la moindre tâche professionnelle est un facteur de risque professionnel.

Les rapports sociaux et la reconnaissance au travail

Travailler dans une atmosphère délétère, ne pas être récompensé humainement et financièrement pour le travail accompli augmente le mal-être au travail.

Les conflits de valeur

Accomplir des missions jugées inutiles ou contraires à nos valeurs morales (vendre des biens trop onéreux par exemple) génère de la souffrance au travail par manque de sens. On peut parler de “bore” (“ennui”) out. 

L'insécurité de la situation de travail

Un climat social défavorable, un risque de licenciement économique, une rémunération trop faible participent à l’épuisement et au stress professionnel.

 

Découvrez notre livre blanc sur les facteurs de risques psychosociaux et  leurs  conséquences en entreprise.

 

Quels salariés peuvent être concernés ?

Tous les salariés sont concernés par les risques psychosociaux au travail. Certains postes sont plus à risque que d’autres : tout dépend de la situation de travail et des risques métiers.

Voici quelques facteurs de risques aggravants et exemples concrets :

  • Un cadre dans le secteur privé victime de surmenage ou de surcharge de travail
  • Un travailleur indépendant aux horaires et à la rémunération variables
  • Un commercial rémunéré à la vente, et soumis à une forte concurrence interne ou externe
  • Un chauffeur de bus, un salarié d’un organisme public subissant des insultes des usagers dans son environnement professionnel
  • Les salariés d’une entreprise où sévit du harcèlement moral ou sexuel
  • Un poste de travail isolé, en raison du lieu ou des horaires de travail
  • Les salariés d’une entreprise où un suicide au travail, un grave accident du travail vient d’advenir

 

Quelles sont les conséquences des risques psychosociaux pour les salariés ?

Les risques psychosociaux provoquent des conséquences individuelles et collectives :

  • Stress, burn-out, angoisses,
  • Insomnies, troubles du comportement, addictions, dépression,
  • Absentéisme, turnover,
  • Baisse de la productivité, rébellion,
  • Violence interne à l'entreprise,
  • Etc.

 

Les risques psychosociaux du télétravail

Le télétravail permet de garantir la protection sanitaire des salariés, mais il comporte lui aussi son lot de risques psychosociaux :

  • Isolement social : absence d'interlocuteurs, éloignement des autres collaborateurs, fatigue psychique
  • Environnement domestique : charge mentale et familiale, bruit, partage du lieu de travail avec d'autres membres du foyer
  • Environnement matériel : absence d'équipement correct (ordinateur et internet)
  • Environnement social : solitude en cas de danger, d'accident, d'injures lors d'échanges professionnels par mail ou téléphone
  • Autonomie et charge de travail : prise de décisions sans concertation, dépassement d'horaires, droit à la déconnexion non respecté

 

Le rôle des élus dans la prévention des RPS

Alerter et sensibiliser : organiser des campagnes de communication et des formations sur la gestion du stress, le harcèlement moral ou le harcèlement sexuel.

Participation active à l'évaluation des RPS : mise à jour rigoureuse du document unique d'évaluation des risques professionnels (DUERP), diagnostic et mise en place du plan d'action.

Trois niveaux de prévention : les préventions primaire, secondaire et tertiaire doivent être anticipées. La prévention primaire agit sur l’organisationnel afin de prévenir les facteurs de RPS en amont. La prévention secondaire s’applique à la gestion du stress des acteurs (donc des salariés) dans une situation de RPS. La prévention tertiaire est un protocole en cas de situation de crise, après un cas de harcèlement ou un accident du travail par exemple.

Obligation de sécurité de l'employeur : le Code du travail exige que l'employeur soit garant de la sécurité et de la santé des salariés. En cas de manquement, les délégués du personnel élus au CSE doivent agir.

 

Comment prévenir les RPS au travail ?

  • Inscrire le sujet à l’ordre du jour d’une réunion CSE. Organiser des rendez-vous réguliers avec la CSSCT (commission santé, sécurité et conditions de travail) sur l’évaluation des risques et des mesures de prévention, afin de faire vivre le dialogue social.

  • Mettre en place une politique de prévention des RPS : prévenir les risques par un plan d’action ciblé, comprenant des mesures de prévention primaire, secondaire et tertiaire en faveur de la santé des salariés.

  • Mettre en place des questionnaires à destination des salariés : ces données à la fois quantitatives (statistiques) et qualitatives (recueil des situations et postes à risque) doivent être le socle de votre démarche de prévention des risques.

  • Exercer votre droit d’alerte : en cas de danger grave et imminent, par exemple dans une situation de harcèlement moral ou sexuel, les élus du CSE peuvent exercer leur droit d’alerte afin d’enclencher une procédure. Dans ce cadre, une expertise peut être menée afin de faire le point sur les indicateurs de stress et la qualité de vie globale des acteurs de l’entreprise.

Livre blanc : les facteurs de risques psychosociaux et leurs conséquences en entreprise